Octofan : un drone géant à hydrogène

Lors des dernières RIVE (Rencontres Internationales des Voitures Ecologiques) à Alès, on a parlé entre autres de l’hydrogène. Et l’un des exposants de ce rendez-vous très couru de la mobilité décarbonée était une start-up qui porte un projet assez fou.

Il a pour nom Octofan. Il s’agit donc d’un drone géant de 11 m de long, doté de 8 réacteurs et fonctionnant à l’hydrogène. Cet engin à décollage et atterrissage vertical est capable de transporter une charge utile de 6 tonnes à une vitesse de 360 km/h et sur une distance de 3 000 km (en embarquant 900 kilos d’hydrogène) pour la version « long range ». Des performances qui, aujourd’hui, dépassent sur le papier tout ce qu’on a pu lire à propos des avions ou drones alimentés à l’hydrogène. Les taxis volants électriques ont en général une charge utile limitée à 400 kg et un rayon d’action de 250 km. Il existe également une version « plus light » de l’Octofan, dont la vitesse est de 250 km/h et dont le rayon d’action est de 875 km.

Les dirigeants de la société, qui est basée à Courbevoie (Hauts-de-Seine), ne viennent pas spécialement de l’aviation, ni de l’hydrogène. Le Président, Pierre Rossini, et la responsable du design, du marketing et des relations internationales, Shan Jiang, appartiennent à la société Longma Development, qui aide les entreprises à se développer notamment en France et Chine. Celle-ci couvre entre autres les secteurs du développement durable et des smart cities. Le Directeur Général et Directeur Technique, Pierre Convert, est un diplômé de Polytechnique et des Ponts et Chaussées, qui dirige la société Urbiplant, dont l’un des pôles d’expertise est la fabrication de turbines (QXLoop) et la gestion de l’énergie.

Qualifié de « porteur multirôle lourd modulaire », l’Octofan permet de répondre à plusieurs usages. Il peut servir par exemple en cas de catastrophe naturelle pour évacuer des personnes et apporter des vivres et de l’aide médicale. Il pourrait aussi lutter contre les incendies, faire des missions de sauvetage (sur terre, en mer et en montagne) et faire de la logistique. La société pense également l’utiliser pour assurer des transports en commun et pour des vols touristiques (avec une capacité de 20 personnes). La cabine portée par le drone est de la taille d’un téléphérique.

Sur un plan technique, l’Octofan est équipé de nacelles interchangeables en quelques secondes. Il est indiqué par ailleurs que son niveau sonore est réduit à 40 dB à 1 000 m d’altitude, grâce à un travail sur les hélices controrotatives et la conception des réacteurs.

On peut voir des animations sur le site www.octofan.com. Et voici le lien pour voir une vidéo : https://www.dropbox.com/s/qmg08cny3mikjsi/Octofan%20final-cut-1080p.mov?dl=0

L’ambition est de convaincre des collectivités territoriales. Un démonstrateur est annoncé à l’occasion des Jeux Olympiques de Paris en 2024. Le budget visé est de 20 millions d’euros pour développer cet engin.

PARTAGER CET ARTICLE
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
E-mail
ARTICLES EN LIEN

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.