Le Dakar se met à l’hydrogène

Lors de la dernière édition du célèbre rallye-raid, organisé désormais en Arabie Saoudite, les organisateurs ont annoncé leur feuille de route pour arriver au « zéro émission ». L’hydrogène y aura sa place.

C’est désormais acté : dès 2030, toutes les classes Autos et Camions du Dakar seront composées de véhicules neutres en carbone. Le Dakar, qui a autorisé dès cette année des équipes à participer avec des voitures électriques ou hybrides, prévoit une introduction progressive des énergies alternatives dont l’hydrogène. La feuille de route réglementaire est plutôt flexible, car il pourra y avoir des véhicules à deux ou quatre roues motrices, ainsi qu’un à quatre moteurs électriques, qu’ils soient répartis à l’avant ou à l’arrière du véhicule.

Dès 2023, un premier véhicule pourra concourir à l’hydrogène à titre expérimental, pendant que trois équipes de la catégorie Elite pourront s’engager avec de l’électrique ou de l’hybride. Ensuite, les énergies alternatives gagneront progressivement la catégorie Elite, qui ne roulera qu’en zéro émission en 2026. ASO se donne ensuite 4 ans pour faire du transfert de technologies et faire en sorte que l’ensemble du rallye-raid soit neutre en carbone.

S’agissant de l’hydrogène, le directeur du rallye, David Castera, a expliqué que ce type de solution serait plus facile à intégrer sur un camion, dans la mesure où ces véhicules ont plus d’espace pour accueillir des réservoirs de forme cylindrique. A ce sujet, il faut savoir que Gaussin, un fabricant de véhicules spéciaux destinés aux ports et aux entrepôts, basé à Héricourt (71), va engager un camion à hydrogène en 2022. Le H2 Racing Truck se fera en partenariat avec l’équipementier canadien Magna. Il existe aussi un autre projet, porté par l’inventeur du site Booking.com, Kees Koolen.

Des projets existent également en voiture. Ainsi, Cyril Despres et l’aventurier Mike Horn préparent un buggy à hydrogène (projet Gen-Z) en collaboration avec le CEA et le préparateur Vaison Sport. Il devrait courir en 2023. Le tétraplégique Philippe Croizon a fait part également de son envie de faire le Dakar avec un buggy H2. Il l’a annoncé lors d’une conférence en ligne organisée par Air Liquide en décembre. GCK Motorsport, qui a développé le buggy électrique e-Blast 1, a aussi un programme de véhicule à hydrogène.

Pour faire le plein, un ravitaillement sera effectué au milieu des spéciales. ASO considère que c’est une façon d’introduire plus rapidement cette énergie, en attendant que l’autonomie progresse.

Précisons que la légende du Dakar, le pilote Hubert Auriol, qui est décédé récemment, avait lui aussi pour projet de faire courir un buggy à l’hydrogène.

PARTAGER CET ARTICLE
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
E-mail
ARTICLES EN LIEN

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.