La compétition auto moto passe à l’hydrogène

Avec un spécialiste du rallye-raid installé près du Creusot qui travaille en prévision du Dakar, et un bureau d’études à Magny-Cours qui planche sur une moto de GP, la région Bourogne-Franche Comté prépare le monde d’après sur les circuits.

C’est par une publication sur Facebook, le 26 novembre, que le pilote Cyril Desprès a officialisé la nouvelle. Celui qui a remporté 5 fois le Dakar en moto, et qui roule désormais en auto, veut s’engager en 2023 au volant d’un buggy à hydrogène. Il le fera avec l’explorateur sud-africain Mike Horn. Les deux hommes, qui ont déjà roulé ensemble au Dakar en début d’année, se disent concernés par l’évolution du climat. Ils entendent écrire une nouvelle page du sport automobile avec un buggy H2 qui sera développé dans le cadre du projet GEN-Z, labellisé par le Pôle Véhicule du Futur et en partenariat avec le CEA. Le véhicule sera réalisé par Vaison Sport, un acteur bien connu du sport auto, dont le siège se situe à Torcy, en Saône-et-Loire. Précisons que l’un des associés, Thierry Viardot, par ailleurs ancien pilote (auto et moto), est bien placé pour savoir ce qui se passe au Dakar. Il en est le directeur technique et travaille en effet pour ASO (Amaury Sport Organisation), en tant que prestataire et dialogue avec toutes les parties prenantes à propos de ce rallye-raid. M. Viardot est aussi membre de la commission dédiée à l’hydrogène au sein de la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile).

Dans un autre univers, un projet est aussi sur le point d’aboutir sur le circuit de Magny-Cours, près de Nevers (Nièvre). Les ingénieurs de l’entreprise H2 Motronics, un bureau d’études spécialisé dans l’électronique et la mécatronique, développent une moto à hydrogène. Elle se destine à la compétition avec un niveau de performance élevée.
Le projet, qui répond au nom de code de H2K, est notamment assisté par l’ISAT (Institut Supérieur de l’Automobile et des Transports de Nevers), et réalisé en collaboration avec l’écurie Tecmas Racing Team, installée à Bourges, à quelques kilomètres du circuit de Magny-Cours. Précisons au passage que H2 Motronics est membre du Club H2 Bourgogne Franche Comté.
Après une étude de faisabilité concluante, et même quelques tours de roues effectués sur la piste du circuit Ricardo Tormo de Valence, en Espagne la H2K est encore en phase de développement technique. Le défi est de rester sous le seuil des 200 kg.


Rendez-vous en 2022 pour une présentation officielle du projet. A moyen terme, la moto à hydrogène pourrait constituer une alternative en GP à la Moto-E (moto électrique à batterie), conçue par la marque italienne Energica Motor.

PARTAGER CET ARTICLE
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
E-mail
ARTICLES EN LIEN

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.