Faurecia : un acteur majeur de l’hydrogène

En partie détenu par le groupe PSA, l’équipementier automobile s’implique fortement dans la mobilité hydrogène, à la fois au niveau du stockage mais aussi de la pile dans le cadre de la coentreprise Symbio avec Michelin.
Sur son site Internet, Faurecia consacre une page à l’hydrogène, de façon à exposer sa vision et sa stratégie. On y apprend ainsi que la société a investi au cours des trois dernières années plus de 160 millions d’euros dans la R&D, la production, les partenariats stratégiques et les acquisitions. Ces efforts ont permis à Faurecia d’être bien positionné sur les deux éléments clés qui représentent environ 70 % de la chaîne de valeur. Il s’agit des systèmes de stockage de l’hydrogène, qu’il développe en interne, et des piles à combustible produites par Symbio, une entreprise commune créée avec Michelin.


L’équipementier est en effet un spécialiste des réservoirs. Son savoir-faire dans l’hydrogène lui a permis par exemple d’être retenu par le coréen Hyundai, qui a prévu de livrer 1 600 camions H2 en Suisse. Faurecia travaille actuellement sur les prochaines générations de systèmes de stockage de l’hydrogène pour les véhicules commerciaux et légers, ainsi que les poids lourds (le groupe y ajoute les applications industrielles). Il souhaite à la fois réduire les coûts (par 4 d’ici 2030) et alléger le poids. La société dispose d’un centre d’expertise mondial dédié aux systèmes de stockage de l’hydrogène, situé à Bavans (Doubs) et unique dans le secteur. Le groupe a regroupé sous un même toit des équipements de pointe pour la R&D, la production industrielle et les tests de sécurité. Cela permet de développer de nouveaux processus de production et des technologies embarquées telles que des capteurs IoT (Internet des Objets). Le travail porte aussi sur l’amélioration de la maintenance et la durabilité (en utilisant des matériaux innovants et en améliorant la recyclabilité).


Si la capacité de production s’élève aujourd’hui à 10 000 réservoirs par an, l’objectif d’ici 2025 est d’atteindre 100 000 réservoirs par an sur trois sites (un site de grande capacité en France, un autre site également en France dédié aux programmes à faible volume, et une usine en Asie).


L’autre pilier est Symbio, dont les piles à combustible équipent 30 flottes de véhicules qui ont parcouru un total de 3 millions de kilomètres à ce jour. À St Fons, au cœur de la Vallée de l’hydrogène à Lyon, la construction de la plus grande installation industrielle dédiée à la production de piles à combustible en Europe est en cours. Des constructeurs automobiles (PSA, Renault) ont déjà choisi cette technologie. Et en région Bourogne Franche Comté, un partenariat a été conclu avec Gaussin pour développer des systèmes de stockage à hydrogène adaptés à leurs véhicules logistiques et portuaires.


Faurecia estime que la décennie 2020 sera celle de l’hydrogène.

PARTAGER CET ARTICLE
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
E-mail
ARTICLES EN LIEN

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.